top of page
  • GODET Anne-Laure

Lorsque la victime est touchée dans son intégrité psychique à la suite d'un accident


Encore aujourd'hui, la réparation des troubles psychiques ne bénéficie pas du même traitement que la réparation des troubles physiques.


La prise en charge des victimes atteinte dans leur intégrité psychique, soulève plusieurs problématiques :

Premièrement, la mesure de l'intensité des troubles psychiques à la suite d'un accident de la route : il peut être complexe d'évaluer les dommages psychiques car ils ne sont pas toujours visibles de manière tangible.

Il doit être fait une mesure juste, précise et exhaustive de la gravité des séquelles post traumatiques et les conséquences sur l'existence de la victime et les souffrances qui en découlent.

Pour cela, il est opportun de solliciter une expertise psychiatrique réalisée par un spécialiste en la matière et qui déterminera les troubles psychiques imputables à l'accident et les répercussions de ces troubles sur la vie de la victime.


Attention, l'état antérieur psychiatrique de la victime sera analysé dans le cadre de l'évaluation de son état en lien direct avec l'accident.


Deuxièmement, la reconnaissance du préjudice lié aux troubles psychiques : il est parfois difficile de déterminer l'ampleur du préjudice lié aux troubles psychiques de la victime. Il peut entraîner des difficultés à obtenir une indemnisation adéquate et correspondant à une réalité.


Troisièmement, établir un lien de causalité entre l'accident et les troubles psychiques développés : établir le lien de causalité entre un accident et les troubles psychiques développé par la victime. La suite d'un accident peut s'avérer être une tâche difficile. En effet, les experts médicaux doivent analyser si les symptômes psychiques présentés par la victime sont directement liés à l'accident et écarté tous les faits générateurs qui n'auraient pas de lien avec l'accident.


Quatrièmement, stigmatisation et méconnaissance : les troubles psychique sont parfois mal compris ou stigmatisés, ce qui peut entraîner des difficultés supplémentaires pour les victimes lorsqu'elles cherchent à faire valoir leurs droits.


En résumé, la prise en charge des victimes atteintes dans leur intégrité psychique nécessite une attention particulière en droit du dommage corporel en raison des défis liés à la reconnaissance et l'évaluation de ce type de séquelles.

8 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page